Le virus Zyka : Qu’est-ce que c’est ?

Le virus Zyka a commencé à faire parler de lui dès le début d’année.

Présent en Amérique du nord et du sud mais aussi en Asie, le virus Zyka est soupçonné d’être à l’origine de nombreux cas de malformations de la boîte cranienne de nouveau né : Les bébés naissant avec une tête et un cerveau anormalement petit.

Zyka

Le virus Zyka tient son nom de la fôret en Ouganda où il a été découvert pour la première fois sur un singe en 1947.

Ce virus est transmis par les piqûres du moustique tigre. Les symptômes apparaisseraient de trois à douze jours après la piqûre et ressembleraient à un syndrome grippal.

Si vous avez un doute, il faut consulter un médecin qui proposera une prise de sang ou une analyse d’urine. Si le test n’est pas concluant, vous pourrez aussi passer un test seriologique, qui consiste à determiner la présence des anticorps.

Pour l’instant, il n’existe pas de traitement ni de vaccin.

L’OMS a tiré la sonnette d’alarme pour l’Europe. Pendant la période hivernale, l’Europe ne court pas de grand risque, mais dès que la température va augmenter, elle devra faire face à la propagation du virus. En effet, le moustique tigre est déjà présent en Europe, plus particulièrement autour de la Méditérannée.

Même si le virus n’est pas encore présent, la présence de ces moustiques va faciliter l’expansion du virus, sans forcément atteindre la même expansion que dans les pays déjà concernés. Les pays déjà touchés essaient de lutter contre la propagation en diffusant à haute dose des insecticides.

Le risque principal est pour la femme enceinte et son fœtus , car cela provoque des troubles neurologiques et comme nous l’avons dit plus haut, une malformation de la tête.

Même si cela n’a pas été prouvé scientifiquement, l’organisation mondiale de la santé donne quelques recommandations pour surveiller les cas de malformations congénitales car le virus a été découvert dans le liquide amiotique de certaines futures mamans dont les enfants avaient ces malformations.

La ministre de la Santé souhaite une surveillance accrue des femmes enceintes dans les zones touchées par le virus. Aujourd’hui, nous avons appris que le virus pouvait aussi se transmettre lors de rapport sexuel dont le premier cas a été détecté aux Etats-unis.

N’hésitez pas à en parler à votre médecin si vous avez des inquiétudes.

Ne soyez pas timide, Partagez !